Cet inconnu Moi

arbresouslapluie

 

 

 

 

 

Se laisser transpercer
par la vie
comme les feuilles des arbres
par le vent

Fermer les yeux, que ce qu’on cherche
à voir, c’est l’invisible
à la recherche du sens perdu
déjà vu

De la pluie il reste
l’écho de quelques gouttes métalliques
dans les seaux vides
une fois remplis de Toi

Se poser les questions honnêtes
à lesquelles seuls Nous
on y peut répondre

C’est répandre soi-même
pour retrouver c’est qui

Cet inconnu Moi.

 

*Mailhac, 2018

*Image: L’ARBRE ET LE FIRMAMENT (Tomas Tranströmer)

Previous Entries La Femme qui pisse dans la fontaine

Leave a Reply

*